16 jours d’activisme pour venir à bout de la violence faite aux femmes !

Photo by melodie-descoubes-DY8qHOI2KtE-unsplash

C’est le thème de la campagne 2020 : «Tous UNiS»  «Orangez le monde : financez, intervenez, prévenez, collectez!»

Alors que les mesures de confinement décrété pour freiner la pandémie de Covid-19 forcent tous les humains à se retrancher dans leurs domiciles, de part et autres, on signale une hausse inquiétante des actes de violence perpétrés à l’encontre des femmes, une violence qui atteint déjà des proportions endémiques.

Dans la plupart des communautés africaines, il est impossible d’agir et de  porter la main sur son époux. Le poids de la tradition et de la religion fait que les femmes  s’interdisent facilement de dénoncer les auteurs des actes odieux qu’elles subissent.

Depuis quelques années, les crimes ciblant les homosexuels explosent. Les lesbiennes, bisexuelles et transgenres sont particulièrement visés, dans certains pays d’Afrique. Elles sont victimes de viol dits à la fois de «correctifs et punitives» censées modifier leur orientation sexuelle, ou toute autre forme de violence sexiste.

À l’heure actuelle, les questions liées aux droits des personnes appartenant à des minorités sont prises en considération dans la plupart des instruments et des structures relatifs aux droits de l’homme. L’Organisation des Nations Unies, essentiellement l’ONUFEMME et les organisations régional, sous-régional et national, reconnaissent que les droits des minorités sont essentiels pour protéger ceux qui désirent préserver et cultiver les valeurs universelles émergentes et des pratiques qu’ils partagent avec d’autres membres de leur communauté. Ces réglementations reconnaissent également que les minorités contribuent tant soit peu à la richesse et assoient la diversité de la société et que les États qui prennent de justes mesures pour reconnaître et promouvoir leurs droits les plus légitimes et inaliénables aux êtres humains,  gagnent énormément en culture de  tolérance et du vivre ensemble.

Ainsi, les 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre débutent ce mercredi  25 novembre pour prendre fin le 10 décembre 2020, date de la célébration de la journée International de la déclaration Universel de droit de l’Homme, autour de laquelle se déclineront un nombre important d’activités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.